Un changement pour Ordi-Mali

Ordi-Mali coopéraient depuis douze ans avec des lycées maliens, sans distinctions religieuses, sociales ou ethniques, à Koulikouro, Bougouni, Bamako... qui demandaient à notre association belloprataine l’envoi d’ordinateurs, afin de créer des pôles informatiques au service des élèves et de leurs parents. Les matériels étaient nettoyés, révisés, conditionnés par les lycéens de Notre-Dame-de-Bonnes-Nouvelles de Beaupréau et acheminés en conteneurs par la Halte du Cœur-Afrique. La coopération était bien rodée, les partenaires étaient heureux de l'efficacité de cette coopération culturelle et humanitaire… A travers les soirées « Bol de riz », "Assiette de frites" ou vente de pains au chocolat, la plupart des élèves du lycée français participaient par une aide financière à l’envoi des ordinateurs, protégés par des vêtements sélectionnés que se distribuaient par lots les lycéens maliens. Il y a deux ans, le Lions de Cholet avait aussi contribué à l’édification d’une antenne Internet dans les lycées africains. Cette coopération était reconnue par l’Etat malien et la maintenance des matériels avait même permis l’embauche d’une personne dans chaque établissement.

Mais débarqués à Lomé au Togo, les conteneurs sont dédouanés à Ouagadougou, au Burkina-Faso et les Maliens doivent aller chercher les ordinateurs dans un contexte de plus en plus  difficile: terrorisme djihadiste au Sahel, coût du trajet (1800km A.R.), insécurité à la  frontière burkinabé-malienne et sur le trajet…

Décision a été prise en accord avec nos partenaires maliens de surseoir pour le moment cette coopération. Ordi-Mali s'oriente donc maintenant, en accord avec la Halte-du-Cœur-Afrique, vers l'aide apportée aux établissements burkinabés tout aussi demandeurs. Les lycéens bellopratains (Gabriel Blanchard, Baptiste Gibouin, Etienne Biotteau, Julie Rousse, Camille Delachausse, Lisa Bregeon, Pierre-Emmanuel Vinet, Guillaume Griffon, encadrés par Valérie Plard et Jacques Gachet) viennent d’envoyer 21 ordinateurs complets vers les congrégations des Sœurs de Notre-Dame-du-Lac à Ouahigouya, des Sœurs de Saint-Gildas-des-Bois à Ouagadougou, des Sœurs de La Pommeraye à Solenzo. Tous ces établissements de formation professionnelle s’occupent des jeunes filles en difficultés.

Comment ne pas être motivés quand nous recevons par courriel des propos tels que « votre coopération est vitale pour nous ».

ordi-mali